Le programme Apprendre en jouant en RCA, développé par l‘ONG SIRIRI, est une solution complexe „clé en main“. Il allie l’utilisation de méthodes pédagogiques modernes destinées aux enseignants de République Centrafricaine et la conception, l‘impression et la distribution d‘outils didactiques dans la langue la plus répandue du pays, le sango.

La République Centrafricaine (RCA), touchée par un conflit meurtrier et une instabilité récurrente, est l’un des pays les plus pauvres du monde. Pour pouvoir s’engager sur une autre voie et devenir un état stable et indépendant, la RCA a besoin de personnes instruites. Une instruction de qualité ne peut cependant être dispensée en l’absence d‘enseignants compétents et de matériel pédagogique adéquat. Ce n’est pas le cas aujourd’hui en RCA. Une équipe d‘experts composée de pédagogues tchèques et centrafricains a par conséquent mis au point un manuel accompagné d’un guide pédagogique compréhensibles pour les instituteurs.

Nous avons la certitude qu’ils répondent aux besoins des enseignants centrafricains. Comme aux exigences de la pédagogie du XXIème siècle et ils sont dans la langue que les autochtones comprennent.

Au cours de deux formations en septembre 2015 et 2016, SIRIRI a formé plus de 150 enseignants. Ce sont ainsi près de 13.000 élèves qui ont eu la possibilité d’apprendre avec plaisir, joie et efficacement. L’intérêt des instituteurs centrafricains et des parents d‘élèves ne cesse de croître. Les éléments du programme réclamés par les enseignants sont des syIlabaires en sango, des méthodes pédagogiques, des formations interactives, de nouveaux outils didactiques et la création d‘autres manuels. 

En 2017, un groupe de 12 volontaires tchèques et français se sont rendus en RCA. La nouveauté de la formation 2017 est d’avoir associé 10 instituteurs centrafricains expérimentés qui avaient suivi la formation les années précédentes. Des équipes de 4 formateurs ont formé au total 244 instituteurs de villes ou localités distantes jusqu’à parfois de 200 km de Bozoum, où les cours se sont déroulé​s​ et où l’association tchèque SIRIRI soutient une série d’autres projets. A l’​issue de la formation, le représentant des initiateurs du programme, le Père Aurelio Gazzera a été reçu par le Ministre de l’éducation centrafricain afin de l’informer en détail de l’expérience et des résultats obtenus par la formation « Apprendre en jouant ».
​L’intérêt pour ce programme éducatif chez les instituteurs et les parents est croissant. ​
​Et pas seulement pour la formation des enseignants.​ Les cours pour les enseignants sont complétés par d’autres support qui font partie du programme- un syllabaire et un nouveau livre de lecture en sango, un manuel pédagogique et d’autres supports didactiques. Le travail autour du nouveau livre de lecture en sango a été réalisé avec le linguiste Centrafricain, le professeur Diki- Kidiri. En 2017, de nouvelles fresques didactiques vont être réalisées dans 29 classes et cela, grâce au soutien de l’Ambassade tchèque au Nigeria, territorialement compétente pour la représentation tchèque en Centrafrique.

Quel est le problème? 

La République Centrafricaine est ravagée par la guerre civile et la pauvreté. Le niveau d’instruction actuel en RCA ne laisse présager aucune amélioration sensible de cette situation dans un proche avenir.

Le taux d’alphabétisation parmi les plus de 15 ans n’est que de 56% en RCA. D‘après l’index international (prosperity.com) comparant l’accès à l’éducation et le niveau d’instruction dans 149 pays, la RCA se classe à la 147ème place. Avant d’entrer à l’école primaire, les enfants ne connaissent que la langue la plus répandue, le sango. L’enseignement à l‘école est cependant essentiellement dispensé en français, ce qui handicape considérablement les enfants dans leur apprentissage des savoirs de base. Le niveau des écoles est particulièrement faible. Le ministère de l’éducation centrafricain n’est plus en mesure d’assurer ni le versement régulier des salaires des enseignants, ni la formation suffisante de ceux-ci.

En ce qui concerne les méthodes pédagogiques employées, l’enseignement repose sur la mémorisation de longs textes ou sur le recopiage au tableau de textes en français. Les élèves n’ont généralement ni cahier, ni manuel à disposition. Ils n’ont bien souvent qu’une ardoise sur laquelle ils écrivent à la craie.

Comment résoudre ce problème?

Les enfants ont essentiellement besoin d’une méthode de lecture rédigée dans leur langue et d’enseignants qui sachent les motiver. Notre programme permet d’assurer l’un comme l’autre.

L’idée à la base de ce programme consiste à améliorer la qualité de l’enseignement dispensé dans les écoles élémentaires choisies de RCA, dans la mesure où le primaire est bien souvent le seul cycle scolaire fréquenté par un grand nombre d’élèves centrafricains. Ce programme a été initié par l’organisation tchèque SIRIRI, qui intervient depuis près de 10 ans en RCA et y travaille en étroite collaboration avec des missionnaires carmes. SIRIRI, en concertation avec des experts tchèques en pédagogie, a cherché la solution la mieux adaptée pour soutenir les enseignants en RCA.

Nous avons travaillé au concept de nos ouvrages avec des enseignants centrafricains, qui ont ainsi eu pour la première fois la possibilité d’enseigner dans leur langue maternelle.

En quoi cette solution est-elle la meilleure?

Ce programme a été mûrement réfléchi. Nous l‘avons mis au point en concertation avec des enseignants centrafricains afin de comprendre ce dont le système scolaire centrafricain a réellement besoin. Il n’existait pas de méthode de lecture en RCA sur laquelle nous aurions pu nous appuyer pour mettre au point notre propre syllabaire. Nous constatons aujourd’hui le succès que remporte notre méthode: la demande est impressionnante.

Cours interactifs pour enseignants du 1er niveau de l’école primaire

En septembre 2015 et 2016, des employés de l’organisation SIRIRI ont animé dans la ville de province Bozoum, des cours intéractifs avec les instituteurs des écoles primaires de deux départements. L’objectif de ces séminaires était d’inspirer ces instituteurs à « l’éducation pleine de sens », c’est-à-dire à renforcer l’interaction entre l’enseignant et l’élève dans le processus d’enseignement. Suivant le concept « apprendre en jouant » développé par Comenius, nous nous sommes fixés pour but de développer la créativité, le sens du jeu et le plaisir d’apprendre des enfants. Au cours de ces séminaires, les formateurs de SIRIRI et les enseignants ont pu vérifier que, même dans un pays d’une extrême pauvreté, il reste possible de travailler avec du matériel pédagogique et en accord avec les critères pédagogiques modernes. Beaucoup d‘autres nous contactent aujourd’hui afin que nous poursuivions nos formations. Combien pourrons-nous former d‘instituteurs en 2017 ?

Les séminaires s’appuient sur le guide pédagogique que nous avons élaboré sur mesure pour les enseignants centrafricains. Ce guide repose sur cinq grands principes pédagogiques. Lors des séminaires, les enseignants ont été amenés à adopter une écoute active, à poser des questions, à améliorer leur compréhension de textes lus, à créer des outils pédagogiques simples ainsi qu’à développer leur créativité.

Fresques didactiques

Parallèlement à ces formations et pour les compléter, nous réalisons des fresques didactiques dans les écoles. Une dizaine de classes dans plusieurs écoles de Bozoum et ses alentours ont été équipées ces deux dernières années, grâce à des motifs proposés et peints par deux artistes tchèques, David Böhm et Jiří Franta. Ces fresques pallient ainsi au manque de manuels scolaires et d’images pédagogiques.

Kit composé d‘un Alphabet vivant et d‘un syllabaire ABC en sango

Les classes des enseignants formés ont été dotées d’un kit didactique qui comprend un Alphabet vivant et des lots de lettres. Les élèves ont reçu un syllabaire illustrés ABC sango. Cinq mille exemplaires en ont déjà été imprimés et distribués dans 121 écoles. Nous avons mis au point cette méthode de lecture en collaboration avec des instituteurs centrafricains et des artistes tchèques. L’objectif de cette méthode est de permettre aux enfants de s’approprier les bases de la lecture. Le syllabaire reste la propriété de l’école, afin d’en prolonger durablement l’usage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous avons besoin de votre aide pour satisfaire l‘intérêt suscité par notre projet en RCA !

En septembre 2015, 2 formateurs ont formé 25 instituteurs d’une école  d’environ 800 élève à Bozoum. Les trois premières classes pilote (150 élèves) ont reçu à titre expérimental les premiers syllabaires ABC réalisés en sango.
En septembre 2016, 10 formateurs ont formé 130 instituteurs de 52 écoles de deux grandes régions. Les instituteurs ont reçu à la fin de la formation 130 Abcédés, 150 jeux de lettres et 5000 syllabaires ABC en sango, pour leur classe. Le programme a ouvert la voie à une éducation de qualité pour 12 890 élèves.
En août 2017, 12 formateurs européens et 12 co-formateurs choisis parmi les instituteurs déjà formé ont mené une nouvelle session du programme devant 244 instituteurs de 62 écoles de deux régions (dont 42 stagiaires, 8 inspecteurs et directeurs). Ils ont apporté 5000 syllabaire, 600 jeux de lettre et 250 alphabets vivants.  En mars 2018, des représentants de SIRIRI se sont à nouveau rendus en RCA, ont constaté le travail réalisé dans 26 classes d’instituteurs formés et ont pu tester les compétences de 842 élèves. Avec ces résultats encourageants, le rapport d’évaluation a défini des recommandations pour les prochaines formations. En même temps, une formation d’une semaine s’est tenue à Bangui pour 73élèves instituteurs de l’institut Jean-Paul II.
En août 2018, deux sessions de formation ont eu lieu à Bozoum et Bouar. Les cours ont réuni 14 européens et 25 formateurs centrafricains pour former 230 instituteurs de 90 écoles différentes. 250 guides pédagogiques ont été distribués ainsi que 500 jeux de lettres et de chiffres.
nous planifions un nouveau voyage d’évaluation pour janvier 2019.